Chab'Coquin : l'amant de la cabine par Alexa Cliona



Les rencontres se font et se défont selon les circonstances, les humeurs, les envies. Caroline n’avait rien prémédité de cette aventure sensuelle mais, elle ne pouvait pas se refuser quelques moments de passion.

Ce matin-là, elle s’était réveillée reposée bien décidée à croquer la vie à pleines dents. Elle s’était plongée dans un bain parfumé et c’était laisser aller à quelques petits plaisirs solitaires se souvenant de sa dernière nuit avec son amant du moment. Détendue, elle avait enduit son corps d’une huile aphrodisiaque, juste pour essayer. Sa lingerie était toujours très soignée et coordonnées. Elle avait choisi une dentelle blanche très simple mais qui mettait généreusement ses formes en valeur. Elle se voulait être attirante sans être provocante.

Un dernier coup d’œil dans le miroir, et elle sortit de chez elle.


Sa jupe trapèze ondulait au rythme de ses pas rehaussés de dix bon centimètres.

Aujourd’hui, elle avait décidé de faire des folies. Elle pénétra dans une boutique et commença à sélectionner différentes tenues. Elle sentit rapidement un regard insistant se poser sur elle. Elle faisait mine de l’ignorer mais il ne lui avait pas échappé qu’il provenait d’un homme séduisant d’une quarantaine d’années. Elle déambulait de rayons en rayons faisant durer le plaisir d’être ainsi observée, chassée et sans doute désirée. L’homme la suivait. Il avait de l’assurance. Il portait un jean bien coupé et une chemise bleue nuit.

Il faisait chaud. Essayer des vêtements avec une telle chaleur, allait  être difficile …

Caroline se dirigeait vers les larges cabines d’essayage quand elle sentit une main effleurer sa taille. L’homme était là, près d’elle. Il sentait bon. Ses yeux d’un noir intense la pénétraient. Une pensée la traversa …elle prit sa main dans la  sienne et l’entraina derrière le rideau de la cabine. Vingt minutes plus tard, il ressortait sans un mot. Caroline quitta le magasin épanouie par cette étreinte sauvage et musclée. Il n’avait pas pris la peine de la déshabiller. Il s’était glissé en elle écartant son string avec fougue et l’avait immédiatement comblée.

Assoiffée, Caroline s’arrêta à la terrasse d’un café. Elle consultait ses mails sur son smartphone lorsqu’une voix masculine lui demanda si la chaise située en face d’elle était libre. Elle lui répondit avec un large sourire et retourna à la consultation de ses messages. Le jeune homme portait une barbe de quelques jours le vieillissant de quelques années. Il s’était installé une table à côté d’elle et lui tournait le dos. Il commanda un expresso et regardait la foule passer. Caroline l’observait se demandant pourquoi il semblait l'ignorer.

Sentant de nouveau une envie soudaine monter, elle se leva pour aller le retrouver …

Commentaires