Chab'Bien-être : Comment reconnaître une amitié toxique, par Alexandra Noyé de Roulhac, coach du bonheur



La psychologie positive démontre qu’être heureux passe par la relation aux autres. Chaque geste altruiste diminue les hormones de stress et fait sécréter des hormones du bonheur. Agir pour faire plaisir, ressentir l'impact de cet altruisme sur les autres, c’est l’un des secrets du bonheur !

Prenez donc soin de cultiver vos amitiés, de continuer à ouvrir votre cœur à de nouvelles personnes de différents horizons pour avoir un réseau amical riche et varié ! Les amis vous permettent de partager et de multiplier vos moments de bien-être et vous aident à faire face dans les moments difficiles.

Votre entourage détermine votre qualité de vie. Contrairement à la famille ou aux collègues, vous avez le pouvoir de choisir vos ami(e)s ! Les cinq personnes que vous fréquentez le plus influencent énormément votre qualité de vie. Pour vous élever, ne fréquentez donc que les meilleurs ! Ils sont un moteur puissant à votre bonheur !

L'amitié serait en fait synonyme de l'inclination au vivre-ensemble. La philanthropie (du grec ancien φίλος / phílos « amoureux » et ἄνθρωπος / ánthrôpos « homme », « genre humain ») est la philosophie ou doctrine de vie qui met l'humanité au premier plan de ses priorités. Un philanthrope cherche à améliorer le sort de ses semblables par de multiples moyens.

Une amitié altruiste sera toujours une amitié saine si elle est motivée par l’éthique de réciprocité : « traite les autres comme tu voudrais être traité ». 

L’amitié est d'abord une forme d'amour sans désir, une fusion dans la confiance, l'estime, le respect, la complicité, les affinités… Mais attention, chaque amitié n’est pas toujours bonne à vivre. Il est ainsi primordial de reconnaitre les amis toxiques et leurs effets néfastes. 

L'amitié toxique se repère et se définit souvent comme une relation à sens unique, elle n'est ni sincère, ni partagée et comprend la plupart du temps une dose de manipulation.




Les relations négatives et toxiques.
« Si quelqu’un cherche un endroit pour jeter sa poubelle, mieux vaut que ce ne soit pas votre esprit » - Dalaï Lama

Parmi votre entourage, les personnes toxiques sont un frein puissant à votre bonheur.

Je vous propose quelques profils :

1.    L’ami négatif, pessimiste : Il vous décourage dans vos ambitions, vos envies. Il voit continuellement tout en noir et déverse tous ses malheurs sur vous, ses problèmes ou ses peurs, sans se soucier une seconde des vôtres. Il se trouve dans un schéma de victimisation. Il n’attend pas de vous un soutien, un réconfort, une écoute ponctuelle, non, votre rôle sera d’être son sauveur ! Cet ami peut vite vous culpabiliser si vous ne répondez pas à son appel, et il vous donnera l’impression d’être la seule personne sur qui il peut compter. Cette amitié va vous ronger en votre for intérieur, vous rendre anxieux, indécis, mal à l'aise.

2.    L’ami avec un gros complexe d’infériorité : Pour se sentir supérieur, il cherche vos failles, vos points faibles, vos fragilités. Il vous diminue pour se sentir supérieur. Il casse petit à petit votre confiance en soi.

3.    L’ami intéressé : Il vous flatte, vous exploite, vous demande toujours plus. Il grignote votre temps, votre énergie, ce que vous lui apportez est devenu un dû pour lui. Il vous épuise, mentalement et physiquement.

4.    L’ami fusionnel : Il y a souvent trop d’attente dans ce type de relation, d’idéalisation, et cela engendre la déception. Bien souvent, enfant ou à l’adolescence, ce profil d’amitié peut aider à se construire. Il peut faire du bien en tant qu’adulte à un moment où deux personnes se sentent seules et ont l’impression de trouver leur âme-sœur. Mais si la fusion devient pathologique, l’une des deux se sentira étouffée et voudra fuir. L’ami fusionnel peut être trop directif, et vouloir une amitié de plus en plus exclusive. C’est une relation très forte qui ressemble à celle d’un couple. La rupture peut avoir les mêmes conséquences qu’un divorce. L’entourage en commun est appelé à prendre parti, à choisir entre les deux. Il y a un deuil à faire après une telle rupture.

5.    L’ami envieux/jaloux : On dit souvent qu’on reconnait nos vrais amis dans l’adversité, mais on les repère aussi quand nous sommes au top. Il y a ceux/celles qui se réjouissent pour nous, qui nous encouragent, qui nous accompagnent vers le chemin du bonheur ; et il y a ceux/celles qui éprouvent de la jalousie à nous voir évoluer, grandir ! Une amitié saine peut être parasitée par ce sentiment de jalousie. Par exemple, deux ami(e)s sont à peu près au même niveau, et l’une va décoller professionnellement ou faire une rencontre amoureuse. L’autre ami(e) commence à se comparer négativement, il/elle se complait à vous critiquer. Vous n’osez plus dire que tout va bien par crainte de le/la blesser. Le pire est qu’il faut du temps pour remarquer le changement, et jusque-là on lui trouve des excuses, car on a toujours en tête l’ami(e) d’avant.

6.    L’ami traitre : Vous faites souvent confiance à vos ami(e)s, et c’est normal, c’est la base de l’amitié. Et puis un jour, vous apprenez que votre ami(e) vous a trahi(e). Ce coup de couteau en plein cœur ne vous a pas tué(e), mais vous laisse dans un état de sidération complet. Il y a parfois une double trahison quand l’ami(e) vous trahit en entretenant une liaison avec votre conjoint(e) ! Les dégâts peuvent être dévastateurs.

Sachez différencier une relation négative temporaire et une amitié toxique. Les relations se font à deux. Une personne peut être négative pour quelqu’un et positive pour quelqu’un d’autre. Il n’est pas toujours nécessaire de rompre s’il y a une vraie amitié mais que vous sentez un malaise. Si la relation est négative mais pas toxique, il peut être salutaire de communiquer, poser ses limites, savoir dire non ! Si on vous fait une réflexion désagréable, ne laissez rien passer, ne vous justifiez pas. Si vous sentez que c’est nécessaire, prenez du recul pendant un certain temps, cela peut permettre parfois de repartir sur des bases saines. Si la relation est toxique, fuyez à tout jamais ! Idéalement, cassez les liens à tous les niveaux et évitez de garder trop de rancune car il subsistera encore un lien invisible mais très fort entre lui/elle et vous ! Tant que la rancœur persiste, votre ancien(ne) ami(e) n’est plus présent(e) physiquement, mais le restera dans votre esprit et vos émotions ! Ne culpabilisez pas de prendre la liberté de partir. Vous n’êtes responsable de personne (sauf de vos enfants mineurs) et vous n’appartenez à personne !


Je vous propose un antidote au poison des relations toxiques : concentrez-vous sur les personnes que vous aimez, celles avec qui vous avez des affinités pour partager des moments d’intimité et de complicité, ou simplement des moments magiques et légers.

S’aimer, se respecter, prendre soin de ses propres besoins vous permettra d’entretenir des relations saines et enrichissantes avec votre entourage. Aimer l’autre, oui, mais sans jamais s’oublier.




1 commentaire: