La Chronique de Sandrine Connault : respect, discrétion, laïcité.


La religion et l'appartenance religieuse sont des sujets particulièrement sensibles dans notre société actuelle. 

Elles sont rentrées dans l'escarcelle de la politique, qui en use telles des girouettes, pour obtenir quelques préférences sous forme de ralliement. Alors, on s'offusque, on défend, on revendique et on proclame solennellement sans équité, juste pour l'effet médiatique. On fait croire au débat, mais ce dernier n'existe pas. 

Ce n'est que du blabla qui occulte la réalité de la foi. En effet, vivre une croyance ne nécessite aucun signe ostentatoire. C'est un chemin d'abord personnel partagé auprès de ceux qui s'y reconnaissent et qui appartient au privé. Il ne nécessite pas d'être étalé sur la place publique ou distingué sous la forme d'une communauté hiérarchisée, car on ne peut réclamer sa tolérance que si on respecte autrui. Afficher ainsi sa religion au nom de la laïcité, c'est donc ne pas avoir compris que le culte pour être pratiqué sereinement et accepté par tous, quelles que soient les confessions, doit s'exercer dans la discrétion, sans pour autant empêcher ses réunions. 

La simplicité et la sincérité de la foi de chacun suffisent, quoi qu'il en soit, à atteindre les  cœurs d'une majorité, religieuse et athée,qui souhaitent vivre en harmonie. C'est bien cela, la finalité des plus belles pensées...

Commentaires