La Chronique de Sandrine Connault : Comment ça va ?



Il est dans nos us et coutumes de lancer à une personne que nous rencontrons un amical « Comment ça va ? » La démarche est plaisante, mais c'est une question banale, parfois vidée totalement de son sens aujourd'hui. 

Sans entendre la réponse, certains zappeurs passent à autre chose, car il n'est pas de bon ton pour ceux qui répondent sincèrement, de déclarer à qui  le demande, leur état de fatigue, leurs peines, leurs craintes, leurs soucis ou toutes autres informations relatives à une faiblesse, qui rappelleraient ce fardeau de la condition humaine. 

Pourtant, il est bien plus normal d'avoir des hauts et des bas que d'afficher en permanence un sourire enjôleur figé par quelques supercheries qui vont bien au-delà de la chirurgie. L'humeur égale quelles que soient les circonstances devient presque suspecte. C'est une insensibilité effarante dont il faut se débarrasser. Elle empêche l'empathie faute d'intensité dans le vécu. Elle condamne les êtres les plus vivants à défaut de ressentir vraiment. Elle déconnecte de la réalité en glaçant les émotions. Ce n'est donc pas à ceux qui répondent à la question avec la vérité du cœur à supporter l'attitude déplacée des questionneurs sans intention. 

Aussi, si la réponse déplaît, et que ces derniers ne sont pas capables d'écouter, à eux, alors de s'excuser pour avoir demander avec une mauvaise raison… N'inversons pas les rôles ! 

Et au fait, et vous, comment allez-vous ? 😉

Commentaires